Articles récents

11 freins à l’intuition

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’intuition est un phénomène tout à fait naturel, spontané et présent en chacun de nous.

Elle se manifeste par le biais de l’hémisphère droit du cerveau, qu’on dit plutôt féminin. C’est peut-être pour cela qu’elle est prétendue féminine, en plus du fait que les femmes sont naturellement plus portées vers leur intériorité, ceci sans doute lié à leur constitution sexuelle initiale. Pourtant, d’expérience, je peux vous assurer qu’hommes et femmes sont égaux face à elle.

Toutefois, il peut arriver qu’on s’en soit coupé et qu’il nous semble très compliqué de nous y reconnecter. Je suis là pour vous aider !

J’ai répertorié dans cet article tous les freins à l’émergence et au développement naturel de l’intuition.

Les voici.

 

1. La déconnexion de soi :

Ne plus être en relation avec soi-même, ne pas s’écouter. Ne plus ressentir ses émotions, sensations ou ne pas s’autoriser à le faire, et à les exprimer nous coupe totalement de notre intuition. En tant que mode de perception de la réalité, elle s’exprime par nos sens et par notre coeur, maître en la matière.

Lorqu’une intuition est juste, c’est vraiment par le biais du corps, des tripes et par une sensation d’alignement et de vérité intérieure qui rayonne au niveau du coeur qu’on est totalement persuadé de sa véracité. On sait que notre intuition est juste et c’est tout. Pas besoin de se compliquer la vie. Tous les intuitifs qui s’assument connaissent cela ! La cohérence cardiaque nous parle d’ailleurs de ces ramifications qui existent entre notre coeur et notre cerveau. Il nous aide à faire la part des choses entre ce qui est bon et qui génère de la joie pour nous, de ce qui ne nous convient pas.

L’intuition étant présente dans nos vies pour nous aider à prendre les meilleures décisions, pour nous accompagner vers ce qui est le mieux pour nous, il est logique que notre coeur, voie de sagesse immense, soit son intermédiaire vers notre intellect.

2. La déconnexion du moment présent :

Ahhh ! Le fameux instant présent. Pourquoi en entend-on parler autant ? Peut-être simplement parce qu’il est d’une grande importance, et qu’il redonne sens à la vie. Si on prend le temps d’y réfléchir, passé et futur sont des constructions mentales humaines liées à notre condition limitée  physiquement, et dans le temps. Nous sommes intimement liés au rythme des journées et des nuits qui se succèdent, à celui des saisons. Mais à chaque seconde qui s’écoule c’est pourtant dans le présent que nous vivons, le passé n’existe déjà plus, ne sera plus jamais. Quant au futur, il ne sera que l’expression de notre présent à un instant qui n’existera jamais comme futur au moment où nous le vivrons. On ne sera jamais dans le futur puisqu’on vit maintenant. Et nous ne pourrons pas non plus retourner vivre dans le passé. C’est bien ici et maintenant que tout se passe, ni passé, ni futur qui ne sont qu’une forme illusoire de notre réalité. Et quel plaisir que de réussir à faire taire son mental pour vivre pleinement chaque chose que nous sommes en train de faire. Quelle satisfaction ! Finit le sentiment de passer à côté de sa vie ! Les “petites choses” de la vie prennent une toute autre saveur. Et on est bien plus disposé à percevoir les messages intuitifs lorsqu’on apprécie chaque seconde qui passe. Ceux-ci sont si prompts à se manifester, il faut les saisir au vol !

De nombreuses pratiques existent pour nous y aider. Telles le mindfulness, la méditation, le tai-Chi, le yoga, le qi-gong, …, ou tout simplement respirer en conscience, ou accomplir une tâche (quelqu’elle soit) en se concentrant uniquement sur ce qu’on fait sans laisser le mental venir nous distraire et nous égarer.

3. Le manque de confiance en soi :

Ne pas se faire confiance est évidemment une grosse complication lorsqu’on veut apprendre à percevoir et écouter les messages de son intuition. Et oui, comment s’écouter si on n’a pas confiance en soi ? C’est quasiment impossible et on aura toujours besoin que quelqu’un d’extérieur vienne nous donner des conseils, vienne confirmer pour nous des choses qui devraient être de notre ressort uniquement. C’est humain et ce sont des choses qui peuvent arriver mais qui ne sont pas inéluctables. Souvent lié à un manque de reconnaissance parental, un travail est à entreprendre de toute urgence pour restaurer cette confiance qui nous fait défaut.

Le manque de confiance en soi engendre des doutes, de la méfiance, des peurs, …. Processus qui bloquent véritablement l’émergence et la prise de conscience de nos intuitions qui demandent confiance en soi et en la vie.

4. Le manque d’estime de soi :

Quand on ne s’estime pas suffisamment, on aura là encore tendance à ne pas s’écouter, à être négatif, à avoir sans cesse besoin des autres pour nous dire comment, quoi faire, quand, etc… C’est ne pas s’aimer suffisamment. Il est donc question d’amour, et donc de l’énergie du cœur. J’irai même plus loin en disant que dans ce cas précis elle est déficiente. Et quand on sait le rôle d’importance que joue ce dernier dans la validation de nos intuitions… Quel obstacle ! Il est aussi intimement lié au manque de confiance en soi. Là encore il faudra prendre bien soin de soi. Travailler dans le sens d’une restauration de cette estime essentielle à l’épanouissement personnel, à une vie heureuse et à la perception juste de nos intuitions.

5. La négativité :

Elle fait partie de la vie, mais la majeure partie du temps, elle nous tire vers le bas. A bas les médias lambdas qui nous abreuvent de nouvelles toutes plus sombres les unes que les autres, ou d’émissions dont le seul but est de flatter l’égo de ceux qui les présentent. A bas les personnes toxiques et négatives, il vaut mieux sélectionner ses amis et les gens qui nous entourent. En avoir parfois un peu moins, mais de grande qualité, sincérité, et surtout avec des âmes et des esprits capables de voir le beau, le bien et le positif en toute chose. Car c’est une vue de l’esprit que d’être capable de voir le fameux “verre à moitié plein plutôt que moitié vide”, mais c’est tout à fait faisable. Avec un peu d’entrainement. Je suis personnellement radicale concernant le négatif dans ma vie. Je ne le laisse entrer que lorsque je n’ai pas le choix. Plus de télévision, ou juste pour y regarder des contenus qui élèvent mon âme ou me font du bien. Plus de toxicité.

On est parfois la première personne toxique pour soi, il est alors urgent d’en prendre conscience et là encore de faire un travail (peut-être sous forme de jeux ou de petits challenges personnels) pour devenir son propre meilleur ami.

De plus un esprit “formaté” négativement n’aura plus cette aptitude à ressentir et décrypter avec justesse les intuitions. Il ne s’agit pas de tout voir en rose, il faut rester dans la réalité, objectif. Mais elle peut être très positive si on sait adopter l’attitude qui convient face aux situations.

La joie, qui est une voix d’expression première de l’intuition, n’est absolument pas une émotion négative.

6. Un trop grand besoin de rationalité :

Ahhh Descartes, la raison, son imprégnation dans notre culture… En matière d’intuition trop de rationalité peut nuire. L’intuition  est réelle mais invisible à nos yeux, et ses mécanismes sont encore relativement mystérieux. Pourtant elle existe. Personnellement je pense qu’on peut mieux en cerner le fonctionnement en se tournant vers la science de l’énergétique telle qu’expliquée et largement documentée par les indiens d’Inde et les asiatiques, notamment les chinois. La physique quantique, nous révèle aussi peu à peu les mécanismes qui sous-tendent la conscience et l’inconscient. Bref, ça n’est pas parce qu’un phénomène est invisible à nos yeux qu’il n’existe pas. Ca n’est pas non plus parce qu’on a du mal à s’expliquer comment fonctionne l’intuition qu’elle n’est pas. Et, oui, certains modes de perception du message intuitif (télépathie, petite voix, mots, phrases qu’ont entend ou qu’on peut lire, sensations physiques diverses et variées, …) peuvent sembler pour le moins originaux à certaines personnes, mais ont bel et bien lieu. Et trop en douter bloque tout simplement nos propres canaux de réception (qui sont universels mais également propres à chacun, en effet on peut être visuel mais pas auditif, dans le ressenti, c’est à dire kinesthésique, mais pas du tout visuel, etc…). Lorsqu’on ne croit pas quelque chose, il y a de fortes chances que cela ne se réalise pas dans nos vies. Adieu messages intuitifs et synchronicités ! Alors restons ouverts d’esprit, et même s’il n’est pas question de se forcer à croire en tout et n’importe quoi, trop de scepticisme nuit.

7. Le manque de lâcher-prise :

Relié au besoin de contrôle et au manque de confiance en soi, en la vie, le manque de lâcher-prise est un frein essentiel à la perception de l’intuition. L’intuition est là pour notre plus grand bien. Même si elle nous révèle parfois des éléments qu’on préfèrerait ignorer, ça sera toujours pour nous aider à évoluer vers ce qu’il y a de meilleur ou de mieux pour nous. Alors quand on sait que lâcher-prise consiste à laisser de côté tout ce qui ne nous fait pas de bien… Ne soyons plus masochistes, lâchons-prise !!! Oui, je sais que c’est plus facile à écrire qu’à mettre en pratique mais là encore c’est une question de choix. On ne maîtrise pas tout et c’est tant mieux. Parfois, on peut questionner son intuition et ne pas obtenir de réponse immédiate. C’est même souvent rare d’obtenir un retour instantané. C’est là qu’il faut savoir lâcher, rester ouvert, et faire suffisamment confiance à son potentiel intuitif pour qu’émerge, souvent quand on s’y attend le moins, une réponse ou des indices nous mettant sur la voie qui va bien !

8. Les peurs :

On a tous des peurs. Certaines sont même utiles car elles nous avertissent d’un danger imminent ou potentiel dont on pourra ainsi se sortir. Toutefois, trop de peurs nous bloquent et inhibent complètement notre intuition. Il en existe différentes. Commençons par la peur d’avoir des intuitions ! Et oui, le côté “anticipateur” et prévisionnel de l’intuition peut être effrayant pour certains. Dans le phénomène intuitif, il est question d’obtenir des réponses aux questions qu’on se pose. C’est donc une collaboration étroite qui se met en place, et toujours pour du mieux, je ne le répèterai jamais assez. Pas de quoi avoir peur, si ?!

Autre peur et pas des moindres, celle de ne pas avoir d’intuition ! S’il vous semble ne pas en avoir c’est simplement que vous n’avez pas appris à la repérer, à comprendre comme elle s’exprime à travers vous et autour de vous. Tout le monde à de l’intuition, et cela sans exception.

Vient ensuite la peur de ne pas y arriver... Au tout début d’un apprentissage, il est normal de lutter un peu pour atteindre son but. Mais cette fonction est tellement naturelle et spontanée qu’absolument personne n’en est dénué. Alors un peu de pratique et vous intuiterez vous aussi !

La peur de se tromper est tout à fait normale, mais par définition une intuition est toujours juste, alors si vous vous êtes trompé, c’est que ça n’en était pas une ! Tout simplement. Pour la dépasser il faut accepter le fait qu’on peut être dans l’erreur. Même quand on est aguerri dans le domaine, ça peut arriver. Et c’est aussi ce qui nous permet de rester humble et de ne pas prendre la grosse tête. En sachant qu’il est possible de se tromper, quel plaisir lorsqu’on constate qu’on est dans le vrai ! C’est merveilleux et c’est tout le mal que je vous souhaite !

Viennent la peur de réussir et celle de sa propre puissance. Il est ici question de problèmes plus complexes liés entre autres, à l’auto-sabotage. Si on n’arrive pas à se défaire de cette négativité tournée contre soi, il faut sérieusement envisager de se faire aider.

Pour finir, les deux dernières, la peur d’être différent et celle de ne pas être pris au sérieux. Là les choses se jouent en rapport avec notre entourage, nos proches, nos collègues de travail. On peut alors se poser ces questions : préfère-t’on être entouré de gens qui nous estime pour ce que nous sommes réellement ou pour une vision qu’ils ont de nous et qui est loin de ce que nous sommes profondément ?

 

9. Ne pas savoir la reconnaître :

Je suis là pour vous y aider 🙂 ! C’est comme tout, cela s’apprend et ça n’est pas très compliqué. Un peu de patience, du travail, sous forme de jeux, tant qu’à faire ;-), et vous saurez aisément repérer les messages de votre intuition ! 

10. Les doutes :

Douter est humain, mais trop de doutes et d’hésitations empêchent de passer à l’action. Et l’intuition est une invitation sereine à l’action. On ne peut pas en douter, c’est une telle évidence, qu’il n’y a aucune place pour cela.

11. Les autres :

Le scepticisme, les doutes, les commentaires négatifs, le besoin de contrôle et j’en passe… Certaines personnes se manifestent et agissent dans nos vies de manière peu propice à la reconnaissance de notre intuition ainsi qu’à l’application de ce que nous validons comme étant un message intuitif. Pour passer outre, il ne faut pas avoir peur de ne pas être validé par son entourage. Il faut s’accorder la possibilité de penser et d’agir par soi-même. Quitte à se tromper, autant que ça soit de nos propres erreurs, dont nous apprendrons, que de celles des autres. Il est très agréable de pouvoir se fier à soi et de ne pas toujours attendre la validation de notre entourage pour s’autoriser à faire telle ou telle chose.

 

***

Pour conclure je dirais qu’il est très courant et presque normal de passer par les différentes étapes dont il est question dans cet article. Il sera très utile de les identifier si toutefois vous pensez être concerné par un ou plusieurs de ces freins.

On peut toujours travailler (en s’amusant ! Mon credo !) à s’améliorer et se prendre en main pour évoluer dans le bon sens (qui amène du mieux dans vos vies). C’est une question d’intention. Tout comme l’intuition.

Elle est là, latente, elle n’attend que votre feu vert pour se manifester !

A bientôt 🙂

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *