Articles récents

7 points qu’on peut confondre avec une intuition

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il nous arrive de nous méprendre. De nous tromper et d’imaginer suivre une intuition alors que ça n’en était pas une.

Par définition une intuition est toujours juste. Une fausse intuition n’existe pas.

De plus lorsqu’elle se manifeste c’est toujours pour du mieux dans nos vies. Jamais une intuition ne vous amènera des complications, des désagréments.

Quand c’est le cas, c’est juste qu’on s’était trompé, que ça n’en était pas une.

Alors qu’est-ce qui nous leurre parfois, et qu’on peut prendre pour une intuition alors que ça n’en était pas une ?

1. Une peur :

On peut parfois se laisser envahir par la peur, par la crainte de quelque chose. Cela peut même devenir une obsession. On peut ainsi confondre cette peur qui ne nous lâche pas avec de l’intuition. Mais ça n’en est pas. L’intuition ne se manifeste jamais sous forme de frayeur, d’inquiétude ou d’anxiété. C’est pourtant une confusion qu’on commet très souvent. Quand on se lance dans quelque chose de nouveau, on a des peurs et c’est bien légitime. Peur d’échouer, de se tromper, d’avancer dans l’inconnu. On peut alors confondre sa peur avec un mauvais pressentiment, un mauvais présage. Un signe que les choses ne vont pas se passer pour le mieux ou comme on le souhaiterait.

Il est très courant pour le commun des mortels que nous sommes d’envisager les choses sous leur angle le plus négatif, de penser au pire. On peut avoir peur de perdre ce qu’on possède, ce qu’on a déjà. On a peur de l’échec. Mais que signifie cette peur si on creuse un peu ? Elle est souvent synonyme de manque de confiance en soi, d’un manque d’estime de soi. Et si on peut faire un travail sur soi pour lisser cette problématique, on peut aussi tout simplement accepter le fait qu’un échec est possible mais pas inéluctable. Il ne faudrait pas que la peur nous empêche d’avancer, d’évoluer, de changer ce qui doit l’être dans nos vies. Alors plutôt que de rester paralysé, servons-nous de cette peur pour progresser ! On a tous des peurs, dépassons les !

De plus, j’ai remarqué que, bien souvent, nos peurs ont une fâcheuse tendance à se matérialiser dans nos vies… On met tellement d’énergie à penser à ce qui nous effraie qu’on finit par l’attirer et le voir se concrétiser… On s’imagine alors que c’était une prédiction intuitive !

Apprenons donc à repérer comment la peur se manifeste en nous. Et cessons de la confondre avec notre intuition ! Gérons nos émotions pour mieux repérer l’intuition.

Il est aussi utile de cultiver une façon plus positive d’envisager les choses et la vie, afin de ne plus se laisser submerger de cette énergie qui bien qu’utile dans certains cas précis, peut aussi réellement nous tirer vers le bas.

Hauts les cœurs ! Restons positifs !

2. Un doute :

Chanceux sont ceux qui ne doutent jamais ! En tant que spécialiste du sujet, je peux vous garantir qu’il n’a rien à voir avec une intuition.

On doute lorsqu’on se méfie de quelque chose. C’est humain évidemment, mais assez caractéristique d’un état d’esprit quelque peu négatif, surtout si on a l’habitude de douter de tout et n’importe quoi… En plus lorsqu’on doute, on est indécis, on n’agit pas, on est bloqué dans son avancement. Ce qui est bien contraire au fait d’avoir une intuition, car cette dernière nous pousse toujours à l’action. Et ce de manière sereine. Elle est une telle sensation d’évidence que le doute n’a pas ici sa place une seule seconde.

Le doute est un frein. On peut aussi le voir comme un mécanisme de fuite visant à nous protéger de ce qu’on considère consciemment ou pas comme un danger.

Si les doutes nous assaillent de telle manière qu’ils empêchent notre avancement, pour un peu tout et n’importe quoi, il peut être judicieux de faire un travail sur soi autour de la décision et du choix. Ceci afin de se discipliner, se maîtriser pour enfin entrer vraiment en action.

3. Un désir :

Il est humain de désirer et de rêver. Il est courant aussi de s’illusionner, de se tromper sur ce que sont nos réelles capacités. On peut parfois se leurrer en prenant nos rêves et nos désirs pour des réalités. On sera alors tenté d’imaginer que ces souhaits profonds sont des intuitions. Et accuser l’intuition d’avoir été fausse quand ils ne se concrétisent pas. Par déception et frustration. Il n’est pourtant dans le cas présent absolument pas question d’intuition.

Au passage il peut être intéressant de faire un travail pour déterminer si nos désirs et nos rêves sont en adéquation avec nos valeurs, ce que nous sommes profondément, et le milieu dans lequel on évolue, ceci afin de les voir se concrétiser dans notre réalité. Soyons conscient de ce que nous sommes réellement pour ne plus confondre chimères et intuitions.

4. Une croyance :

On a tous des croyances. Qu’elles soient issues de notre éducation ou de nos propres expériences, elles s’imposent parfois à nous sans que la réflexion ne vienne nous rappeler à l’ordre. Qu’elles soient positives ou négatives, la conviction avec laquelle ces petites phrases se répètent à nous fait qu’elles ont de grandes chances de se voir réaliser dans nos vies. Surtout évidemment si elles s’appuient avec objectivité sur ce que nous sommes. On pourrait voir là des prédictions, des prévisions. En effet, lorsqu’on est persuadé de quelque chose, il y a de fortes chances que cela se mette en place dans notre vie. Cela n’a toutefois non plus rien à voir avec de l’intuition. Il est ici question d’auto-programmation, d’auto-suggestion. Si ces phrases sont positives, j’ai envie de vous dire que ça n’est pas trop grave ! Par contre lorsque ce sont des affirmations négatives, attention ! Il pourra être utile de faire un travail pour essayer de mettre plus de positif dans les assertions auxquelles nous pensons ou que nous prononçons.

5. Une compulsion :

En psychologie, il est dit que la compulsion est “un acte que le sujet est forcé d’accomplir sous peine d’angoisse, de culpabilité”. La force avec laquelle elle peut s’exprimer et nous obséder pourrait laisser supposer qu’on est en présence d’une intuition. En effet, comme l’intuition, la compulsion pousse à l’action. On n’a pas le choix : il faut agir ! On le fait d’ailleurs dans une forme d’impulsivité. Toutefois, une fois l’action réalisée, on éprouve un soulagement mais très bref, au bout duquel on finit généralement par se sentir déconcerté, désemparé. Cela n’engendre pas de terrain fertile sur lequel faire émerger le meilleur dans nos vies. Suivre une intuition ne nous laisse jamais dans cet état. C’est une évidence. Et lorsqu’on la suit c’est toujours pour évoluer dans le bon sens.

6. Un fantasme :

Toujours selons la psychologie, le fantasme est “une projection de l’imaginaire par lequel le moi cherche à échapper à la réalité”. Ça peut nous arriver à tous de nous illusionner, de vivre dans des chimères. Il semble que les personnes dont l’imaginaire et le cerveau droit sont très développés y soient plus sujettes. Certaines, même, et ceci écrit sans jugement, vivent dans des réalités illusoires et passent ainsi à côté de leur existence. D’une certaine façon l’imagination vient se superposer à la réalité. C’est donc la personne qui conçoit l’information avec son imagination. Elle est ainsi créatrice de l’information, pas en réception de cette dernière. L’intuition est une information que l’on reçoit. On ne la crée pas. De plus, l’information imaginaire qu’est le fantasme ne se concrétise que très rarement dans la réalité alors que l’intuition nous mène à des réalisations bien tangibles.

7. Une projection :

Par le biais d’une projection, nous attribuons à l’autre des défauts ou des qualités qui en fait nous appartiennent. Par un effet miroir, l’autre nous renvoie à nos propres problématiques, car nous n’en avons pas encore pris conscience. C’est une partie de nous-même que nous observons et certainement pas une intuition. Il est important d’en connaître le processus car elle est très souvent confondue avec l’intuition.

 

***

J’espère que cet article vous aidera à démêler ce qui est intuitif de ce qui ne l’est pas !

La confusion est tout à fait normale, c’est avec l’apprentissage et la prise de conscience de certains de nos mécanismes de fonctionnement que nous arrivons progressivement à cerner le processus intuitif en nous.

La prise de conscience et la pratique vous amèneront de manière certaine à vous reconnecter et à développer votre intuition. Phénomène qui, je le rappelle, n’a rien d’extraordinaire et est à la portée d’absolument tout le monde !

Alors à vous de jouer : prêts pour intuiter ?!!!

A bientôt.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *