Articles récents

Définition d’empathie

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D’après le Larousse, l’empathie serait cette “faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent”.

Il y est donc question d’intuition. Et il est vrai que l’intuition se nourrit (entre autres) de l’empathie.

Cette notion est née en Allemagne et vient d’ailleurs de l’allemand “einfülhung”, créée par le philosophe Robert Vischer en 1873. Ce mot se traduit d’ailleurs par “intuition” en français dans “Reverso” ! Il est dans un premier temps question d’empathie esthétique comme on peut en avoir pour une oeuvre d’art, ce en quoi elle nous aide à la comprendre.

Par la suite, Theodor Lipps fera évoluer le mot vers le sens qu’on lui connait maintenant.

Il existe l’empathie émotionnelle permettant de comprendre les états affectifs de quelqu’un d’autre, mais aussi l’empathie cognitive, qui nous permet de comprendre ses états mentaux.

Sur un plan neurologique la découverte des neurones miroir expliquerait en grande partie cette capacité de l’empathie. Le professeur Ramachandran, autorité dans le domaine, les appelle d’ailleurs  neurones empathiques.

Par l’IRM on a constaté que les zones du cerveau activées après qu’une personne souffrant en s’êtant par exemple coupée au doigt sont les mêmes chez la personne qui souffre par empathie en l’observant !

Tous les mammifères connaissent l’empathie.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *