Articles récents

“Intuition” ou “Sensations”, les deux modes de recueil de l’information selon le MBTI.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous connaissez sans doute Carl Gustav Jung (qui a entre autres créé le concept de synchronicité 😉), je vous propose ici de découvrir le MBTI dont il est également le créateur, par le biais de cet article de Nicolas, auteur du blog “Développer sa confiance” et spécialiste de cette technique.

 

Qui n’a jamais rêvé de lire dans les pensées ?

Qui n’a jamais fantasmé sur le fait d’avoir un “super pouvoir” comme tous les héros Marvel qu’on voit au cinéma ? Et bien sans vouloir exagérer, c’est à peu de chose prêt ce que j’ai pensé avoir découvert le jour où un consultant m’a présenté le MBTI. Dans le cadre de mon entreprise, avec pour but de mieux nous adapter à nos interlocuteurs (j’étais formateur de vendeurs à l’époque), j’avais reçu sur deux jours ce qui allait bouleverser ma vie… Sur le plan personnel !

Si je vous dis que ces deux journées de séminaire allaient me conduire à gravir la montagne arc-en-ciel à plus de 5000 mètres au Pérou, à descendre le fleuve Amazone pendant deux semaines au Brésil, à traverser la mer des Caraïbes en voilier entre la Colombie et le Panama, à aller voir des volcans actifs en Equateur, pêcher le piranha au milieu de l’Amazonie et bien d’autres aventures toutes plus folles les unes que les autres… 

Incroyable non ? Et si je vous disais pour couronner le tout qu’avant de passer dix mois à faire le tour de l’Amérique du Sud en solo et en sac à dos, j’étais terrifié à l’idée de sortir de ma routine que j’aimais tant… Est-ce que vous voyez maintenant à quel point le MBTI et donc la connaissance du fonctionnement de votre cerveau peut transformer votre vie ? Et si votre intuition était un super pouvoir et que vous l’ignoriez ?

 

 

1/ Présentation du Mbti :

a) Qu’est ce que le Mbti ?

Si je devais expliquer en trois mots, ce qu’est le MBTI, je le définirais comme un “outil d’évaluation psychologique”. Né des travaux de Carl Jung un psychologue suisse disciple de Sigmund Freud, il fut complété tout au long du XXème siècle par plusieurs autres chercheurs en psychologie.

Pour faire simple, il catégorise la population en seize profils, communément appelés “types”. Chacun de ces types, renvoie à un fonctionnement neurologique qui détermine les préférences naturelles de chaque individu. Au même titre que l’on naît gaucher ou droitier, nous avons tous des schémas dans lesquels nous nous sentons plus à l’aise. Cela ne veut pas dire qu’un droitier n’est pas capable d’écrire de la main gauche, simplement il le fera moins spontanément, moins rapidement et surtout moins bien. Et bien c’est exactement la même chose avec les fonctions cognitives.

 

b) Quatre lettres pour quatre particularités de votre profil :

Chacun des seize profils se caractérise par quatre axes. Pour chaque axe, deux possibilités c’est à dire deux préférences potentielles.

  • Le premier axe, détermine la préférence que vous avez pour trouver votre énergie. Selon le modèle MBTI, l’énergie d’un individu pourra provenir de deux origines distinctes. Soit provenir du monde extérieur… On parle alors d’EXTRAVERTION symbolisée par la lettre “E”. Soit provenir du monde du “dedans”, c’est à dire de l’intérieur de l’individu. On parle alors, d’INTROVERSION symbolisée par la lettre “I”.

Pour illustrer de manière concrète ce que cela donne dans la vie de tous les jours, les personnes dites E auront tendance à puiser toute leur énergie et exprimeront leurs actions dans le monde du dehors. Lors d’une fête, ce type de personnes gagnera en vigueur s’il est très entouré, qu’il discute, danse et qu’il interagit avec d’autres gens. A l’inverse, une personne dite “I”, dans ce même évènement, pourra également gagner en ressources mais elle le fera de toute autre façon. Dans une fête, elle cherchera plutôt à discuter avec un nombre restreint d’amis et aura plutôt tendance à s’échapper de temps en temps pour s’isoler de la musique et de toute l’agitation de la foule.

Cependant, personne n’est complètement Extraverti ou Introverti. L’un comme l’autre aura besoin d’isolement par moment, simplement une personne I en aura besoin plus souvent.

On peut imaginer cela sous la forme d’un curseur qui serait propre à chacun.

 

 

  • Le second axe fait référence à une fonction cognitive, celle avec laquelle l’individu va collecter l’information dans son environnement; ce qui lui permettra de prendre ses décisions. Il existe ainsi deux modes de recueil de l’information : la SENSATION (symbolisée par la lettre “S”) et l’INTUITION (symbolisée par la lettre “N”). Nous consacrerons tout le second chapître à cette fonction cognitive majeure car particulièrement intéressante pour des passionnés de ce sixième sens.  

Simplement, en deux mots, il est important de savoir que chaque être dispose des deux modes de recueil de l’information. 

Une fois recueillie l’information, chaque individu réagira presque instinctivement de 2 manières possibles. C’est le troisième axe du MBTI :

 

  • Ce troisième axe prend son sens au moment de la prise de décisions. A ce moment là, chaque personne fera appel à deux types de modes de fonctionnement. D’un côté les individus privilégiant la prise en considération de leurs EMOTIONS, de leur affecte (symbolisées par la lettre “F” pour “feeling”). Ces derniers chercheront avant tout à distinguer le bon du mal.

 

  • Dans leur processus de prise de décision, ces personnes tendront à s’appuyer avant tout sur leurs valeurs personnelles tout en suivant leur sensibilité. Elles veilleront de manière générale à évoluer dans une ambiance chaleureuse et accorderont une certaine importance au regard des autres. En général les personnes privilégiant ce mode subjectif, seront très douées dans la gestion des relations personnelles et humaines. Elles mettront au cœur de leur processus de décision leurs valeurs, leurs impressions personnelles et rechercheront avant tout l’harmonie.

 

  • De l’autre, on trouve les individus qui ont une prédilection pour la LOGIQUE, le rationnel, ceux qui cherchent avant tout à distinguer le vrai du faux. Ils mettent de côté (ou presque) l’aspect émotionnel de la situation (ce sont les “T” pour “thinking”).

Dans leur processus de prise de décisions, ils auront plutôt tendance à partir de faits tangibles, indiscutables. Ils chercheront toujours à s’appuyer sur des critères objectifs tout en analysant les causes et les effets. Leur but sera d’être le plus juste et efficace possible, en utilisant prioritairement (mais pas uniquement) leur tête. L’influence de leur cœur passant après.

En général les personnes privilégiant ce mode plutôt objectif, seront douées pour analyser une situation et en tirer des ‘pour-actions’ indiscutables. Elles aimeront s’appuyer sur des règles ou des lois.

Là aussi, il est important de préciser que personne n’est tout l’un ou tout l’autre.

 

 

 

  • Enfin le 4ème axe, appellé “le style vie”, détermine la préférence qu’a chaque individu dans son mode d’action. Là encore on distingue deux catégories. Tou d’abord ceux, s’appuyant sur le JUGEMENT. 
  • Elles ont une tendance à vouloir tout organiser, tout le temps. Elles cherchent à planifier le moindre événement de leur vie, à la structurer schématiquement (dans les faits comme dans leur tête). 
  • Cause et conséquence à la fois, elles aimeront évoluer dans un cadre bien clair et précis. Cela les rassurera et les mettra à l’aise pour gagner en efficacité dans la réalisation de leurs projets. A choisir, elles préféreront commencer par travailler d’abord et à profiter dans un second temps. Psychologiquement, elles auront besoin de “souffrir” d’abord pour bien se détendre ensuite. Si la tâche n’est pas achevée, elles ne se sentiront pas en mesure de profiter véritablement de “la récompense”.

Par opposition aux personnes de type Jugement, le modèle MBTI, distingue celles privilégiant la PERCEPTION. 

Elles chercheront au maximum à sortir du cadre. Ils aimeront la spontanéité et la flexibilité. C’est dans ce type d’environnement qu’ils seront à l’aise et plus efficaces. Pour eux le changement ne sera pas un obstacle, au contraire même. Ils fourmilleront d’idées et de projets qu’ils auront cependant du mal à mener jusqu’au bout (là est une de leurs faiblesses).

A l’inverse des “Jugeurs”, ils opteront généralement pour la distraction en premier, et ne se consacreront au travail qu’après avoir profité… Une fois qu’ils n’auront plus le choix.

Eux aborderont toujours un problème ou une situation dans sa globalité. Ils ne s’encombreront pas des détails qui seront à leurs yeux, plus perçus comme des futilités. Ils verront les choses dans leur ensemble quitte à passer à côté de certains faits “mineurs”.

 

c) Les utilités du Mbti :

– La connaissance de soi :

Le premier bénéfice que l’on peut attribuer à la connaissance de soi (via le MBTI ou une autre méthode), est donc déjà l’accélération du processus naturel d’évolution de l’être humain. En d’autres termes, gagner en expérience plus rapidement ! Ce qui aurait pris 40 ans, peut être acquis en deux fois moins de temps, par la compréhension et la prise de conscience de ce processus neurologique.

– L’acceptation de soi :

Le second bénéfice serait selon moi, l’acceptation de soi. Personnellement, je me souviens qu’à la lecture de la description de mon profil, après avoir été bluffé par l’exactitude des précisions mentionnées, j’avais ressenti une forme de soulagement. Soulagement, car j’avais compris que ce que je prenais pour des “tares” étaient souvent intrinsèque à mon fonctionnement. Que ce soit l’aversion pour le conflit ou le manque de prise de hauteur par rapport à certaines situations (pour ne citer que ces deux points), j’avais pris conscience que même si rien n’est ancré à jamais, cela constituait des “points faibles” de mon type. En parallèle, je dois l’avouer, j’avais également été “caressé” dans le sens du poil”, à la lecture des qualités de mon profil…

Mais, l’accélération du processus de connaissance de soi et cette “acceptation de soi“, ne sont pas à mes yeux les bénéfices majeurs que l’on peut attendre du MBTI. Le modèle initié par Carl Gustav Jung est aussi un formidable outil de tolérance. Je ne m’étends pas sur le sujet, cela fera l’objet d’un prochain article. Mais le simple fait de savoir qu’il existe 16 profils, répartis dans quatre familles de tempéraments (les Gardiens, les Rationnels, les Idéalistes et les Artisans), et que chacun a un fonctionnement préférentiel propre, est une formidable incitation à l’acceptation de la différence de l’autre !

Une personne I (introvertie) en compagnie d’un groupe de E (extravertis) aura forcément beaucoup de mal à se faire accepter s’il reste sur son fonctionnement naturel.

Pour être encore plus illustratif, imaginez Albert Einstein parachuté au beau milieu d’une troupe de théâtre. Ou bien, à l’inverse, mettez un Marcel Proust dans un congrès de scientifiques réunis pour parler des avancées de leurs recherches…

Voilà pourquoi, le fait de comprendre que nous ne fonctionnons pas tous de la même façon dans la vie est une formidable opportunité pour le “mieux vivre” et être plus “efficace”.

– Utilisation dans le monde du travail :

De ce constat, on peut facilement extrapoler à toutes les utilisations qui peuvent en être faites dans le monde professionnel. Un chef d’entreprise à la recherche de son directeur commercial, s’orientera plus naturellement vers un profil dont la nature est de “développer” (des projets) plutôt que vers une personne dont la nature profonde est de “conserver et maintenir l’existant”. Un institut de sondage dont le cœur de métier est d’analyser des“esprit rationnel” (NT)“esprit rationnel” (NT) données chiffrées recherchera plus un “esprit rationnel” (NT) plutôt qu’un “idéaliste au service de l’humanité” (NF)“idéaliste au service de l’humanité” (NF)“idéaliste au service de l’humanité” (NF)

Vous l’aurez compris la connaissance de soi et la bonne maîtrise du MBTI peuvent trouver une multitude d’applications dans la vie de chacun. Cependant, il est nécessaire de respecter certains postulats et de prendre quelques précautions.

– Un outil de tolérance :

Là où on peut relier directement la “maîtrise” et la connaissance de l’outil MBTI, au fait de devenir plus détendu, c’est tout simplement que l’indicateur issu des travaux de Carl Jung, est un formidable outil de tolérance. Le comprendre permet de l’accepter et l’accepter désamorce automatiquement les tensions. 

Imaginez Albert Einstein parachuté au beau milieu d’une troupe de théâtre. En clair, un scientifique réservé, s’appuyant sur sa logique sera perçu de prime abord comme un extraterrestre par des individus doués pour se donner en spectacle. Et à l’inverse, mettez un Marcel Proust, écrivain romantique dans un congrès de chefs d’entreprises réunis pour parler de business et de part de marché… Ce serait comme lâcher un chien au milieu d’un jeu de quilles !

Voilà pourquoi, le fait de comprendre que nous ne fonctionnons pas tous de la même façon dans la vie est une formidable opportunité pour le “mieux vivre“, avec de la tolérance et donc en étant plus zen.

2/ Présentation de la fonction de recueil de l’information (S ou N) :

a) Définition de la fonction de Recueil de l’information :

La fonction de recueil de l’information, est une fonction cognitive essentielle dans le modèle initié par Carl Jung. Avec le fonction de prise de décision, elle forme l’ossature de la personnalité de l’individu. Plus que l’orientation de l’énergie ou le style de vie. 

Comme évoqué un peu plus haut dans cet article, le MBTI distingue deux canaux possibles pour permettre à un individu de capter les infromations dans son univers quotidien. La Sensation et l’Intuition. 

Il est capital de comprendre que personne n’est 100% intuitif et 0% Sensitif ou vis et versa. Cependant chaque être a une prédilection, pour un mode ou l’autre. Tout l’intérêt de la démarche est de s’entrainer à “muscler” celui des deux canaux qui nous est le moins naturel. 

Ce qui est passionnant avec le MBTI, c’est que l’on retrouve des caractéristiques communes chez les “S” comme chez les “N”.

 

b) Ceux qui privilégient leurs cinq Sens (la fonction S) :

Les personnes mode sensitif (dites les S) pour recueillir l’information en permanence,  utilisent donc en priorité leurs cinq sens : le toucher, l’odorat, le goût, la vue et l’ouïe. Si certains individus captent l’information de manière privilégiée via ce canal, cela ne veut cependant pas dire de manière exclusive. Ils se serviront aussi de leur intuition mais dans une moindre mesure.

Les individus S utilisent un processus dit analytique, séquentiel, qui rendra les individus, privilégiant le recueil via leurs cinq sens, beaucoup plus factuels et dans le concret. Ce sont des personnes que l’on qualifie souvent de “terre à terre”, sans prise de recul dans leur jugement. C’est d’ailleurs un premier indice pour les reconnaître.

c) Ceux qui utilisent plus facilement leur Intuition (la fonction N) :

Mais nombre d’individus ne privilégient pas forcément leurs cinq sens. Ils peuvent tout aussi bien utiliser prioritairement leur intuition, autrement dit leur 6ème sens, pour récolter les données nécessaires à leurs prises de décisions. Si vous êtes sur ce blog c’est que cela vous intéresse forcément !

  • A la différence des sensitifs, les intuitifs vont plutôt se servir de leur sixième sens pour pressentir l’information. Ils la recueillent donc de manière plus abstraite. Ils se distinguent d’ailleurs des sensitifs, par leur vision conceptuelle et très imagée des choses. A première vue ils semblent également plus réfléchis et moins réactifs . 

Ils abordent les situations dans leur globalité et ne s’encombrent pas des détails… Ils se projettent directement vers la finalité sans forcément s’attacher aux étapes pour parvenir à la conclusion. Pour eux c’est une perte de temps et d’énergie de s’attacher à de telles descriptions.

D’un point de vue statistique, on estime qu’environ 70% des individus fonctionnent en priorité avec leurs cinq sens, et donc que seulement 30% d’entre eux privilégient leur intuition. Cependant, il est capital de garder à l’esprit que nous disposons tous de ces deux modes. Simplement, chaque individu aura une prédilection plus ou moins marquée pour l’un ou l’autre. Ce n’est pas parce que vous écrivez de la main droite que vous n’êtes pas capable de le faire de la main gauche… 

3/ Focus sur la fonction d’Intuition (N) :

a) Description de cette fonction :

Comme on utilise la lettre S pour désigner les sensitifs, il est communément admis “dans le monde du MBTI” de symboliser les intuitifs par la lettre N (et non la lettre I déjà utiliser pour désigner les Introvertis). A la différence des sensitifs, les intuitifs vont plutôt se servir de leur sixième sens pour pressentir l’information. Ils la recueillent donc de manière plus abstraite. Ils se distinguent d’ailleurs des S, par leur vision conceptuelle et très imagée des choses. A première vue ils semblent également plus réfléchis et moins réactifs .

Ils abordent les situations dans leur globalité et ne s’encombrent pas des détails… Ils se projettent directement vers la finalité sans forcément s’attacher aux étapes pour parvenir à la conclusion. Pour eux c’est une perte de temps et d’énergie de s’attacher à de telles descriptions.

Par exemple pour décrire son dernier week-end l’intuitif dira plutôt : “Nous sommes allés à la mer et avons mangés sur place, les enfants se sont bien amusés et nous, nous nous sommes bien détendus”.

Ils ne rentrent pas dans les détails.

Ils aiment les métaphores pour décrire leurs idées. Cela rejoint leur volonté d’aller droit au but dans le sens où pour eux une image vaut mieux que de très longs discours… Autant dans ce qu’elle représente dans la Société, que les valeurs qu’on lui attribue pour dépasser la simple signification (à leurs yeux un symbole est plus puissant).

b) Forces et faiblesses de cette fonction :

Les personnes dites “intuitives” au sens du MBTI, sont reconnues avoir certaines caractéristiques qui permettent de les distinguer des personnes sensitives. 

Si l’on devait mettre en avant les forces des N, on pourrait commencer par évoquer leur “don” pour se projeter. Par là, il faut comprendre que les intuitifs sont généralement de très bons visionnaires, qui captent les futures grandes tendances avant les autres. Ils aiment ce qui est nouveau et s’intéressent donc naturellement à toutes les possibilités nouvelles qui pourraient être mises en place.

 

Pour illustrer cette caractéristique, on peut par exemple prendre le cas d’un personnage historique célèbre : Léonard de Vinci. Ce dernier avait imaginé des machines 500 ans avant qu’elles n’existent réellement… Le roulement à bille, le parachute, la bicyclette et bien d’autres. Il avait même anticipé une sorte d’automobile ! Et bien le génie italien est un très bon exemple d’individu intuitif. Il n’avait aucun mal a s’imaginer des possibilités jamais testées ! Là est pour moi la principale force des personnes N !

Cela peut s’expliquer du fait qu’elles préfèrent inventer et créer de nouvelles choses plutôt que de chercher à améliorer un modèle existant qui ne sortirait pas de leur cerveau. Ce n’est pas une question d’orgueil, mais simplement leur façon d’être plus à l’aise pour la création !

Les N, sont à l’aise avec l’imaginaire, avec l’abstrait. Là aussi c’est une grosse différence avec les personnes sensitives qui elles aiment le concret. Ceci explique qu’elles seront généralement plus conceptuelles dans leur façon de s’exprimer. En une image elles, renvoient à un champs d’idées associées. Pour elles c’est une façon efficace de passer leurs idées.

Par ce mot efficace, il faut comprendre que les personnes intuitives n’aiment pas s’encombrer de fioritures, de détails. Pour elles c’est de la perte de temps et d’efficacité. Mieux vaut aller droit au but et c’est pour cela que les métaphores sont le meilleur vecteur de communication.

Ce “rejet” des détails fait qu’une personne N, aura plus naturellement de la prise de recul face aux événements. En prenant de la hauteur elles évitent de se perdre dans des détails insignifiants qui perturbent la bonne lecture des faits. 

Cependant il y a un domaine où elles ne seront pas à l’aise, c’est dans la répétition. En effet, être intuitif comporte également des inconvénients, et le fait qu’un Albert Einstein, qu’un Léonard de Vinci soient si attirés par les possibilités nouvelles, a pour pendant le fait qu’ils n’apprécient pas du tout de répéter ce qu’elles connaissent déjà.

Pire, si vous confiez à un N une tache répétitive à exécuter, ils perdront non seulement leur motivation, mais également leur efficacité. Leur système neurologique est ainsi fait !

Là où les sensitifs sont plutôt tournés vers le monde extérieur (grâce à leurs cinq sens toujours en éveil), les intuitifs sont au contraire orientés, concentrés vers leur monde intérieur.

Conclusion :

J’espère qu’à travers cet article j’ai pu vous faire découvrir une “science” (qui n’est pas reconnue comme telle), incroyable ! L’intuition est une des 4 fonctions de base du modèle initié par Carl Jung et développé par plusieurs spécialistes en psychologie au cours du XXème siècle.

Cet angle d’étude de l’intuition ouvre selon moi de nouvelles perspectives pour comprendre pourquoi certaines personnes arrivent à percevoir des événement par anticipation quand d’autres n’y parviennent qu’avec beaucoup de difficultés.

Quoi qu’il en soit, il est crucial de comprendre que même si nous avons tous un capital de départ lié à la constitution de notre cerveau, il nous est possible de grandir en comprenant de mieux en mieux notre fonctionnement cérébral… Entre autres grâce au MBTI. Venez découvrir votre profil et savoir si vous êtes effectivement INTUITIF 😉 

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *